Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique - PCRC
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
Accueil Qui sommes-nous ? Nouvelles Emissions CIPP InovarCA Partenaires Contact
Imprimer Retour

  Nouvelle / Emission

09/02/2021 - Bouar

Bouar : les leaders de la PCRC appellent à la cessation des hostilités


Du 08 au 09 février 2021, les leaders de la Plateforme des confessions religieuses de Centrafrique (PCRC) ont effectué une mission de paix à Bouar, chef-lieu de la préfecture de la Nana-Mambéré. Ils ont demandé aux rebelles de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC) de ne pas privilégier les armes comme moyen de résolution des différends.

La  croisade des responsables de la PCRC pour la stabilité et le respect des droits humains dans le pays est loin de connaître son dénouement. Devant plusieurs milliers de personnes de Bouar installées sur plusieurs sites des déplacés, ils ont lancé des messages d’espoir, de réconfort et de consolidation de la paix.

S’adressant aux administrés des vingt quartiers des 4e et 5e arrondissements réunis à l’école Haoussa, l’apôtre Nicolas Guerekoyame Gbangou a appelé les rebelles à déposer les armes et prendre le chemin de paix. « Vous qui continuez de commettre les actes de violence sur la paisible population, je vous exhorte à renoncer à cela ! La violence ne résout pas les conflits. Pensez à ceux qui souffrent des conséquences de vos actes ! Les populations veulent reprendre leurs activités quotidiennes. Vos mamans veulent aller aux champs. Reprenez  le chemin du dialogue qui constitue le moyen idoine de résolution des conflits », a-t-il exhorté.

Le cardinal Dieudonné Nzapalaïnga, a pour sa part, appelé les combattants de la CPC à libérer le corridor Bangui-Garouamboulaï pour faciliter l’acheminement des marchandises à Bangui, afin d’éviter une crise alimentaire dans le pays. « Les problèmes politiques se règlent autrement que de prendre en otage les pauvres populations qui veulent vivre en paix. Vous avez asphyxié les villes de Bouar et de Bangui. Le moment est venu de libérer Bouar. Demain nous aurons une crise alimentaire à cause de vous qui avez pris les armes. Vous avez empêché le pays de prendre son envol. Au nom de Dieu, je vous appelle à libérer ce corridor », a lancé l’archevêque de Bangui !

Sur le site des déplacés de Saint-Laurent, l’imam Abdoulaye Ouasselegue, secrétaire général du CSISCA (Conseil supérieur islamique de Centrafrique), a encouragé les habitants de Bouar à garder l’espoir et à croire en Dieu qui, selon lui, est le seul qui protège son peuple. « Vous vivez dans des conditions déplorables. Je vous invite à garder l’espoir, car il y a un temps pour tout. Là où vous êtes, je vous appelle à sauvegarder  les acquis la paix. Que personne ne vous trompe », a-t-il martelé !

En prenant la parole à son tour sur le site de Saint-Elie, Clarisse Martiale Manéhou, coordonnatrice des femmes de la PCRC, a exhorté les parents à éduquer et orienter leur progéniture à prendre le chemin de la paix. Elle a invité les jeunes de Bouar à ne pas intégrer les rangs des groupes armés.

Depuis le 27 décembre 2020, la ville de Bouar, chef-lieu de la préfecture de la Nana-Mambéré au Nord-Ouest du pays, était assiégée par les rebelles de la CPC. Le 9 février dernier, les forces armées centrafricaines et leurs alliés ont repris le contrôle total de la ville. 

© PCRC-CellCom – Petrus Namkoina

Publié par le PCRC