Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique - PCRC
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
Accueil Qui sommes-nous ? Nouvelles Emissions CIPP InovarCA Partenaires Contact
Imprimer Retour

  Nouvelle / Emission

07/01/2021 - Centrafrique

Présidentielle du 27 décembre 2020 : Le Cercle de réflexion des jeunes de Centrafrique exhorte les juges constitutionnels à dire le droit


Le 04 janvier 2021, l’Autorité nationale des élections (ANE) a proclamé les résultats provisoires des élections groupées du 27 décembre dernier. Lesquels ont fait l’objet de contestations du côté de l’opposition, qui dénonce des irrégularités dans l’organisation desdits scrutins.  Face à cette situation, le Cercle de réflexion des jeunes de Centrafrique demande aux juges constitutionnels de dire le droit lors de la délibération des résultats prévue pour le 19 janvier.

Plusieurs voix ne cessent de s’élever, depuis le lancement officiel des opérations électorales jusqu’à la délibération des résultats provisoires le 4 janvier dernier, pour apprécier le processus ou bien dénoncer des irrégularités. Malgré les attaques armées perpétrées dans certaines villes du pays empêchant le bon déroulement du scrutin, on a constaté l’engouement des Centrafricains à aller aux urnes dans la capitale et ses environs. Ce qu’ont apprécié les observateurs électoraux nationaux et internationaux (Union africaine, CEN-SAD et CEEAC). Cependant, le Cercle de réflexion des jeunes de Centrafrique dénonce des irrégularités et demande aux juges constitutionnels de dire le droit.

« L’ANE a rendu, depuis le 4 janvier dernier, son délibéré en ce qui concerne la présidentielle 2020. Les résultats provisoires ont placé le président Touadera vainqueur avec une marge de près de 54%. Or nous, en tant qu’observateurs de la vie publique, nous avons suivi le déroulement du processus électoral dans lequel nous avons relevé quelques irrégularités qui ne donnent pas foi à ces résultats de l’ANE. Il y a par exemple le climat sécuritaire inquiétant, la privation de beaucoup de Centrafricains à aller aux urnes. Car sur 1.800.000 inscrits, seuls 900.000 personnes ont pu participer au vote. Et au regard de tout cela, l’ANE nous a brandi un taux de participation de 76%, ce qui est une supercherie », a déclaré Ben Wilson Ngassan, coordonnateur du Cercle de réflexion des jeunes de Centrafrique. Et d’ajouter : « Car si on fait bien le calcul, pour 1.800.000 électeurs, le taux de participation est de 32% du point de vue national. C’est pourquoi nous appelons les juges de la cour constitutionnelle à dire le droit, rien que le droit, à la prochaine délibération prévue le 19 janvier prochain. »

Cette demande du Cercle intervient au moment où le peuple centrafricain attend le verdict de la cour constitutionnelle prévu le 19 janvier. Dix candidats à la présidentielle ont demandé la reprise des élections.

© PCRC-CellCom – Marly Pala

Publié par le PCRC