Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique - PCRC
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
Accueil Qui sommes-nous ? Nouvelles Emissions CIPP InovarCA Partenaires Contact
Imprimer Retour

  Nouvelle / Emission

05/09/2021 - Centrafrique

Centrafrique: la COVID-19 dix-sept mois après la notification du premier cas


Les autorités ont déclaré le début de l’épidémie dans le pays le 14 mars 2020. La situation actuelle (chiffrée), décrite ci-après, date du 30 août 2021. Les résultats de cette enquête proviennent du ministère de la Santé et de la Population. Avec la collaboration de l’Institut Pasteur de Bangui (IPB), Service Epidémiologie. Les vaccins dont il est question sont Astra Zeneca, pour la première vague, et Johnson-Johnson, pour la vague en cours.

Selon Dr Marie-Laure Yete, coordonnatrice COVID-19 audit ministère, “63.857 personnes ont été testées. 1 nouveau cas confirmé (1 asymptomatique et 0 symptomatique) sur 128 personnes testées. 11.307 cas cumulés confirmés (7.162 cas symptomatiques et 4.145 cas asymptomatiques) depuis le 14 mars 2020, dont 11.125 patients guéris et 100 décès (52 en milieu hospitalier et 48 en milieu extrahospitalier). 6.579 cas confirmés à transmission locale et 581 cas importés depuis le 14 mars 2020. 0 décès enregistré dans la semaine 35 de l’année en cours. 91.019 personnes vaccinées contre la COVID-19 à ce jour dans les districts des régions sanitaires 1, 2, 3, 4 & 7. Trois cents dix appels reçus par la ligne verte 1212. 13.646 appels cumulés reçus depuis le 1er juillet 2021”. Selon le suivi hebdomadaire des cas symptomatiques depuis le 14 mars 2020, la répartition du cumul des cas confirmés par sexe et par tranche d’âge montre que le sexe masculin est plus touché que le sexe féminin. Illustration: (i) entre 30 et 39 ans, 2281 cas (M) contre 1131 (F); (ii) entre 40 et 49 ans, 1729 cas (M) contre 749  (F).

Concernant le voyageur arrivant dans le pays

Le ministère de la Santé et de la Population a pris des dispositions qui demeurent en vigueur. Selon Dr Pierre Somse, “tout voyageur arrivant en Centrafrique doit se soumettre aux mesures mises en place pour la prévention de la pandémie. Il s’agit de présenter un test PCR négatif de moins de soixante-douze heures; subir un contrôle de température; compléter une fiche sanitaire portant mention du pays de provenance, référence du vol, numéro du siège, coordonnées en Centrafrique, lavage des mains. Il faut également respecter une quarantaine d’une durée de quatorze jours à compter de la date d’entrée en Centrafrique. Enfin, face à la recrudescence de la circulation de la COVID-19 dans le pays, il est recommandé le strict respect des mesures barrières, y compris la distanciation physique et le port de masque.”

Perspectives et défis

Rappelons que le mois dernier, le ministre de la Santé et de la Population, Dr Pierre Somse, a lancé, à Bangui, la Stratégie nationale de Surveillance à base communautaire (SBC), devant s’étendre à l’ensemble du pays. Sous le thème: “Ensemble avec la communauté, nous vaincrons les épidémies”. La SBC est une initiative de santé publique simple, adaptable et peu coûteuse, gérée par les communautés en coordination avec les structures de surveillance officielles du système de santé: arrondissements, districts, régions sanitaires. Ainsi que les organes de la société civile, particulièrement la Direction de la Protection civile (sapeurs-pompiers). Les leaders religieux sont mis à contribution.

Cependant, comme aime à le rappeler, dans ses interventions publiques à l’adresse de la population, le président de la République, Pr Faustin-Archange Touadera, qui dirige le comité de crise pour la riposte, la lutte contre la COVID-19 en Centrafrique ne doit pas faire oublier les autres menaces épidémiques, dont le VIH/SIDA, le paludisme, la tuberculose, la poliomyélite, la rage. L’épidémie à virus Ebola a été évitée grâce au système d’alerte précoce et à base communautaire le long des frontières terrestres, aériennes et fluviales. Il s’agit, en somme, de “ne laisser personne au bord de la route”!

© PCRC-CellCom – Nicolas Ndagiyé

Publié par le PCRC