Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique - PCRC
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
Accueil Qui sommes-nous ? Nouvelles Emissions CIPP InovarCA Partenaires Contact
Imprimer Retour

  Nouvelle / Emission

09/07/2021 - Centrafrique

Centrafrique : Le président Touadéra poursuit les consultations pour un dialogue inclusif


Depuis environ deux mois le président Faustin Archange Touadéra mène des consultations avec les forces vives de la nation pour dégager un consensus autour du projet du « dialogue républicain » en vue de pacifier le pays.

Dans le cadre du « dialogue républicain » que le président de la République Faustin Archange Touadéra s’est proposé d’organiser en réponse aux sollicitations unanimes des forces vives de la nation, celui-ci après plusieurs consultations tous azimuts, a mis en place par décret le 30 juin un comité d’organisation dudit dialogue.

Formations politiques, société civile, religieux, organisations de la jeunesse et des femmes, représentants des partenaires de la République centrafricaine, etc. ont été reçus tour à tour par le chef de l’Etat.

Cependant plusieurs critiques ont été émises au regard de la composition et des attributions mêmes du Comité d’organisation du dialogue républicain ainsi mis en place. Des formations politiques et organisations de la société civile ont notamment relevé un déséquilibre dans la composition dudit comité. –Sur 24 membres, 7 places reviennent aux pouvoirs publics. Et les autres entités disposent d’une place chacune.

Le Comité d’organisation est composé ainsi qu’il suit :

Pouvoir Public, 7 représentants,

Conseil National de la Médiation un représentant,

Parti Politique Majorité un représentant,

Opposition un représentant,

Confession Religieuse un représentant,

Société Civile et Organisation de la Jeunesse un représentant,

Organisation des Femmes une représentante,

Organisations des Droits de l’Homme un représentant,

Centrale syndicat un représentant,

Patronna un représentant,

Minorité un représentant,

Expertise Internationale : (-Union Européenne : 1 représentant ; -Union Africaine 1 représentant ; -CEEAC 1 représentant ; -Minusca 1 représentant)

Rééquilibrer le Comité d’organisation ?

Prenant la mesure des critiques qui ont suivi, la Présidence de la République a réagi favorablement en recevant le vendredi 09 juillet au palais de la Renaissance les représentants des entités suivantes :

La Coalition de l’opposition démocratique 2020 (COD-2020) qui est une plateforme de partis politiques, le Mouvement de libération du peuple centrafricain (MLPC) parti politique, le Groupe de travail de la société civile (GTSC) et la Coordination des organisations de la société civile pour la paix en Centrafrique (COSCIPAC). D’autres discordantes se sont aussi ajoutées, en particulier la formation politique PATRIE.

Au sortir de cette rencontre, le Ministre d’Etat Directeur de Cabinet du président de la République, Obed Namsio a indiqué que les griefs soulevés seront transmis au chef de l’Etat qui aura le dernier mot. Selon toute vraisemblance, le président Touadéra devrait revoir ce comité en rééquilibrant sa composition.

La participation ou non des groupes armés

Il faut signaler que l’un des sujets soulevés et qui fait polémique se trouve être la participation ou non des groupes armés à ce dialogue. Pour la majorité, il n’est pas question de réserver une place aux groupes armés car à travers la crise dont ils ont été à l’origine à partir de décembre 2020, on ne peut plus leur faire confiance.

Mais pour plusieurs autres sensibilités nationales ainsi qu’une large partie de la « communauté internationale », il importe d’associer les groupes armés à cette rencontre nationale. Du moins, ceux qui s’engagent à cesser les violences. C’est à ce prix, pense-t-on ici, que ce dialogue aura tout son caractère d’inclusif. Car « ce sont eux  qui ont mis en péril la sécurité, la paix, et la stabilité  du pays, -ce ne sont pas les partis politiques ni la société civile mais beaucoup plus les groupes armés », a déclaré Mahamat Kamoun, président en exercice de la Conférence des présidents de la plateforme COD-2020 le weekend dernier.

Ce débat étant loin d’être clos malgré une certaine rigidité de la Présidence, le premier pas attendu vers l’apaisement devrait cependant consister en la révision du Comité d’organisation de ce « dialogue républicain ». Tous les acteurs ont le regard tourné vers le chef de l’Etat...

© PCRC-CellCom – Askin Bamako

Publié par le PCRC