Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique - PCRC
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
Accueil Qui sommes-nous ? Nouvelles Emissions CIPP InovarCA Partenaires Contact
Imprimer Retour

  Nouvelle / Emission

28/06/2021 - Bouar

Evêques de Centrafrique : « Le pardon renforcera la paix, la sécurité et la stabilité nationale »


Le 27 juin 2021, les évêques de Centrafrique, réunis à la messe conclusive de leur deuxième assemblée plénière en la cathédrale Marie Mère de l’Eglise à Bouar, ont adressé un message à l’Eglise famille de Dieu, ainsi qu’aux hommes et femmes de bonne volonté. Ils en appellent à la tenue d’un dialogue franc qui puisse réunir tous les fils et filles du pays.

Le message s’articule autour de trois points : ‘’ce que nous vivons : la joie et les peines du peuple’’ ; ‘’nos grandes valeurs à la lumière de Mc 6,30-44’’ ; ‘’nos engagements’’. Au sujet de ceux-ci, les évêques estiment que la réconciliation nationale et la paix sont une condition sine qua non du développement de la République centrafricaine.

Pour mieux nous comprendre et nous réconcilier, « le pardon renforcera effectivement la paix, la sécurité et la stabilité nationale, condition sine qua non de tout développement durable.  Le dialogue dans la vérité permet de transcender les clivages multidimensionnels, de bannir la violence sous toutes ses formes et de désamorcer les crises. Il est temps que nous laissions de côté les intérêts personnels et égoïstes, le conflit de positionnement, pour nous unir autour de l’essentiel. Afin de satisfaire les attentes légitimes des populations ainsi que leur bien-être individuel et collectif », martèlent les évêques.

Ils saluent la bonne marche des élections générales du 27 décembre 2020 pour le choix du président de la République et des députés, grâce à l’appui de la MINUSCA (ONU) et des autres partenaires internationaux. La mise en place du bureau de la nouvelle assemblée nationale, la nomination du médiateur de la République, du Premier ministre et du gouvernement. Ce sont des avancées dans le processus de démocratisation.

Ils ont fait savoir que la seule option militaire ne peut pas résoudre la question des groupes armés, constitués de bandits et de coupeurs de route. Empêchant aux enfants d’aller à l’école, aux adultes de vaquer librement à leurs occupations.

Enfin, les prélats se préoccupent de la situation des victimes de la crise. Ils s’interrogent. A  quand le démarrage du dialogue judiciaire à la Cour pénale spéciale (CPS) ? A quand le début du dialogue « citoyen » à la Commission Vérité, Justice, Réparation et Réconciliation (CVJRR) ?

© PCRC-CellCom - Vivien de Capistran Nvalé

Publié par le PCRC