Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique - PCRC
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
Accueil Qui sommes-nous ? Nouvelles Emissions CIPP InovarCA Partenaires Contact
Imprimer Retour

  Nouvelle / Emission

04/06/2021 - Centrafrique

Covid-19 : à Bangui la population se fait vacciner sans crainte


A Bangui, la population s’intéresse à la vaccination anti Covid-19. A travers les centres hospitaliers où des dispositifs pour la vaccination contre la Covid-19 ont été mis en place, la population de Bangui s’achemine en nombre, sans crainte.

La vaccination contre la Covid-19 est lancée officiellement le 20 mai. Les 60 000 doses de vaccins Astra Zeneca ont aussitôt été distribuées dans les centres hospitaliers publics à travers la capitale.

Comme c’est le cas dans tous les pays du monde, le gouvernement a privilégié dans un premier temps le personnel soignant. Arrivent ensuite les personnes âgées de plus de 50 ans et celles atteintes de comorbidité (maladies chroniques).

La vaccination ouverte au public (après le personnel médical) a démarré le 24 mai.

« Dans un premier temps les gens arrivaient timidement. Mais depuis mercredi le rythme d’arrivée est accéléré. Jeudi on a enregistré plus de 90 personnes, le jour suivant 110, et hier vendredi il y avait 140. » Tel est le constat fait par Ouapoutou Théo Jules Franc, infirmier diplômé chargé de surveillance épidémiologique au Centre national hospitalier de l’Amitié centrafricano-chinoise, dans le 4e arrondissement de Bangui, le samedi 29 mai.

Ce weekend, alors que l’on croyait la population emportée dans des affaires privées et familiales après la semaine de travail, il y avait pourtant une centaine de personnes qui ont fait la queue jusqu’à midi pour prendre leur dose de vaccin. Cela contraste avec les fausses rumeurs et désinformations sur les vaccins qui pouvaient dissuader la population d’accepter ma vaccination.

« L’information a été mal donnée... »

Dans le couloir d’attente, les agents chargés de l’accueil regrettent pourtant que « l’information a été mal donnée par les mobilisateurs » -sous-entendu les chefs de quartiers : « il leur était dit d’annoncer que la vaccination est ouverte à toutes les personnes adultes, à partir de 18 ans ! »

Les agents vaccinaux pensent que malgré cet engouement qui les a surpris, le nombre devrait être plus élevé car « sur toutes les lèvres on continue à penser que la vaccination ne concerne que les personnes de plus de 50 ans. »

L’infirmier Ouapoutou indique que la plupart des sujets qui arrivent sont des personnes âgées. Ensuite dans l’ordre décroissant il y a les personnes atteintes de comorbidité, puis celles qui n’ont aucun antécédent.

Du 24 au 29 mai, plus de 700 personnes ont pu se faire vacciner à l’hôpital de l’Amitié. « Les personnes qui arrivent, en apprenant la bonne information, promettent d’aller informer les membres de leurs familles et les voisins», indiquent les agents en charge de l’accueil.

Poursuivre la mobilisation

Ces derniers affichent l’optimisme pour la prochaine semaine, en comptant sur la mobilisation bien entendu.

Au cours de la semaine, le ministre de la santé Pierre Somsé en organisant une session de réflexion avec les médias, a exhorté les journalistes à poursuivre la mobilisation en intensifiant les communications sur l’intérêt de la vaccination.

Le mardi 1er juin, le ministre a lancé officiellement la campagne de vaccination dans la commune de Bimbo en périphérie de la capitale.

La République centrafricaine qui compte plus de 7000 cas de Covid-19, a reçu 60 000 doses de vaccins Astra Zeneca pour le compte de l’initiative COVAX en faveur des pays défavorisés. C’est encore peu pour une population de 5 millions d’habitants. Mais il faut commencer par consommer ce qu’il y a dans les bras...

 © PCRC-CellCom – Askin Bamako

Publié par le PCRC