Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique - PCRC
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
Accueil Qui sommes-nous ? Nouvelles Emissions CIPP InovarCA Partenaires Contact
Imprimer Retour

  Nouvelle / Emission

01/05/2021 - Centrafrique

Centrafrique : les jeunes musulmans entre ramadan et COVID-19


Cette année, le ramadan ou mois sacré de l’islam, est observé dans un contexte lié au coronavirus. Entre la pandémie et le jeûne, les musulmans de Centrafrique –surtout les jeunes- s’organisent pour faire barrière à la propagation de la COVID-19.

Le ramadan, un des cinq piliers de l’islam, est un temps de jeûne, de prière, de pardon et d’aumône pour se purifier le cœur. En ce mois, les jeunes musulmans de Centrafrique, à l’instar du monde, font face à la pandémie. Pour contourner la propagation de cette maladie, ils s’abstiennent de certaines activités, comme fumer une cigarette, se distraire ou s’adonner aux jeux de hasard, a raconté Hussein, étudiant en médecine à l’université de Bangui.

Dans certains lieux de prière, les offices religieux sont organisés avec le strict respect des mesures barrières. De la mosquée centrale en passant par Hadji au quartier du PK5, l’accès à l’intérieur est conditionné par le lavage des mains. Le nombre de places est limité par la distanciation sociale. 

Pour raison d’éloignement, certains jeunes musulmans préfèrent prier en famille, tout en respectant les mesures barrières. C’est le cas de Nasir, habitant aux 36 Villas, qui adresse la prière de Tarawis en famille.   

 « Quitter les 36 Villas pour me rendre au KM5, c’est trop loin. Je préfère prier en famille avec les miens. Chacun sur son tapis en respectant la distanciation sociale. Pendant le repas du soir, chacun se sert dans son plat -contrairement à la culture de l’islam-, juste pour éviter la COVID-19», a témoigné le jeune commerçant de vingt-sept ans.

Dès le début du ramadan, le ministre de la Santé s’est adressé à la communauté musulmane de Centrafrique. Il a demandé aux fidèles de l’islam de se protéger et de protéger leurs familles. « Ainsi en période de ramadan, la COVID-19, qui crée beaucoup de souffrances dans les familles à travers les décès, devra faire l’objet de vos pensées. Le respect des mesures barrières, notamment le port de masque dans les lieux publics, le lavage des mains, le refus de salutations à la main ou d’accolades, devront faire partie de vos activités et de vos devoirs durant ce mois sacré », a déclaré Dr Pierre Somse.

Face à la montée spectaculaire de nouveaux cas de contamination dans le monde et en Centrafrique, le pèlerinage en terre d’islam a été suspendu. Démarré le 13 avril dernier, le ramadan prendra fin le 12 mai, en suivant le calendrier lunaire arabe.

© PCRC-CellCom – Kizer Maïdou

Publié par le PCRC