Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique - PCRC
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
Accueil Qui sommes-nous ? Nouvelles Emissions CIPP InovarCA Partenaires Contact
Imprimer Retour

  Nouvelle / Emission

29/04/2021 - Mbaïki

Mbaïki : l'antenne préfectorale de la PCRC combat les discours de haine et les rumeurs


Du 27 au 29 avril 2021, l’antenne préfectorale de la Plateforme des confessions religieuses de Centrafrique (PCRC) de Mbaïki a sensibilisé les leaders religieux et communautaires de la ville sur la gestion des rumeurs et la lutte contre les propos haineux. Ils seront désormais capables de faire la promotion de la culture de la paix, de la cohésion sociale et du vivre-ensemble. Grâce à l’appui financier de l’ONG KAICIID, partenaire de la PCRC.

La ville de Mbaïki, chef-lieu de la préfecture de la Lobaye, est l’une des localités touchées par les crises militaro-politiques liées au processus électoral de fin décembre 2020. Cette crise avait fragilisé la paix sociale et le vivre-ensemble entre les différentes communautés. A l’initiative de l’antenne préfectorale de la PCRC de la ville, les leaders communautaires, religieux ainsi que les autorités locales ont été sensibilisés sur la gestion des rumeurs et des discours de haine.

Cette formation – sensibilisation a connu la participation des leaders religieux et communautaires. L’activité visait à impliquer les autorités locales et autres leaders communautaires dans la lutte contre les rumeurs et les discours haineux. Afin qu'ils sensibilisent, à leur tour, les habitants de cette localité à la communication non violente.

Pour justifier l’importance de cette activité, le révérend pasteur Cyrille Gobamba, président de l’antenne préfectorale de la PCRC de Mbaïki, a mis en exergue les propos haineux tenus lors du second tour des élections législatives dans la localité. « Nous voulons inviter les participants à communiquer avec leurs semblables de manière non violente. Car, durant la campagne électorale à Mbaïki, surtout celle du second tour des législatives, les sympathisants des candidats ont tenu des  discours de haine. Ils ont même proféré des menaces entre eux. Ce qui constitue un facteur de risque pour un éventuel conflit post-électoral dans la localité.  Cela pourrait  fragiliser la paix et la cohésion sociale entre nos communautés », a-t-il déclaré.

Cyrille Gobamba a ajouté que d’autres activités de sensibilisation (les types de propos haineux ; leurs conséquences ; comment les prévenir) seront organisées à l’intention des jeunes et des femmes membres des confessions religieuses et des différentes organisations de la localité.

© PCRC-CellCom – Petrus Namkoïna

Publié par le PCRC