Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique - PCRC
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
Accueil Qui sommes-nous ? Nouvelles Emissions CIPP InovarCA Partenaires Contact
Imprimer Retour

  Nouvelle / Emission

02/04/2021 - Centrafrique

La COVID 19 en Centrafrique : une tendance à la hausse préoccupante


14 mars 2020 : ce jour-là, le premier cas de la maladie à coronavirus était annoncé en République centrafricaine. Peu avant, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) avait déclaré cette pandémie ‘’une urgence de santé publique de portée internationale’’. Après une période de basse transmission observée en août 2020, l’on assiste à une remontée des tendances depuis janvier dernier. Une source de grande préoccupation pour le gouvernement centrafricain.

Depuis mars 2020, le gouvernement n’a ménagé aucun effort pour lutter contre ce virus meurtrier. Il a, tôt, pris des mesures de surveillance, de dépistage et de traitement des cas. Un centre de prise en charge des malades a été ouvert au sein de l’Hôpital universitaire de l’amitié sino-centrafricaine à Bangui, où le premier cas a été isolé et géré. Ensuite, les capacités de prise en charge ont été renforcées et élargies à plusieurs formations sanitaires (FOSA) tant à Bangui qu’en province, selon le ministre.

Au 14 mars 2021, 38.281 personnes ont été testées, dont 5.066 cas positifs, 4.938 guéris et 64 décès. Non sans inquiétude, Dr Pierre Somse a fourni d’amples précisions. Durant la période de basse transmission observée à partir d’août 2020, « les études de l’IPB et du laboratoire national nous révélaient que 28% de la population de Bangui avaient contracté le virus. Mais on assiste actuellement à une remontée des tendances depuis le mois de janvier 2021. C’est ainsi que le nombre de nouveaux cas dépistés a triplé entre février et mars. Cette nouvelle tendance est une source de préoccupation à double titre. D’abord parce que, paradoxalement, on observe un relâchement presque généralisé des mesures barrières. En plus et surtout, il y a l’apparition des nouveaux variants du virus (Grande-Bretagne, Brésil, Afrique du Sud) ayant une virulence accrue et une capacité de propagation très rapide. De plus, les connaissances qui s’accumulent semblent indiquer que les vaccins actuellement disponibles auraient une efficacité moindre dans la prévention contre ces variants », a affirmé le ministre de la Santé et de la Population.

Le temps de la vaccination est venu

Avec l’appui des partenaires de haut niveau, dont GAVI ou Global Alliance for Vaccines and Immunization (Alliance mondiale pour les vaccins et l’immunisation, en français), la République centrafricaine dispose désormais d’ « un plan d’acquisition et de l’introduction des vaccins contre la COVID-19, à travers une initiative dite COVAX. Une équipe composée des cadres du ministère de la Santé et des consultants de l’OMS et de l’UNICEF travaille sur ce sujet. Dans le cadre d’un processus inclusif de préparation à l’introduction d’un vaccin contre la COVID-19, tous les acteurs devant apporter une contribution, en particulier les départements des Finances, de la Justice, de l’Administration du territoire ainsi que les organisations de la société civile, sont impliqués ». Y compris la presse !

La vaccination contre la COVID-19 dans le pays pourrait être lancée dès ce mois d’avril. Avant d’être élargie aux autres cibles éligibles, elle concernera, dans un premier temps, les groupes à risque ou plus vulnérables : le personnel de santé, les gens du troisième âge, les personnes porteuses de comorbidité. Dans tous les cas, le gouvernement rappelle à la population le « strict respect des mesures barrières ».

© PCRC-CellCom – Nicolas Ndagiyé

Publié par le PCRC