Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique - PCRC
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
Accueil Qui sommes-nous ? Nouvelles Emissions CIPP InovarCA Partenaires Contact
Imprimer Retour

  Nouvelle / Emission

28/03/2021 - Centrafrique

Centrafrique : Une plateforme féminine se félicite de la nomination de cinq femmes à la CVJRR


La plateforme féminine dénommée I LONDO AWE (Nous sommes debout), ILA en sigle, se réjouit du choix de cinq femmes sur onze commissaires constituant la Commission vérité, justice, réparation, réconciliation (CVJRR). C’est le résultat d’un plaidoyer mené pendant plus d’un an en faveur de l’implication de la femme dans le processus de paix. Pour exprimer sa satisfaction, le collectif a animé une conférence de presse, le samedi 27 mars à Bangui.

En 2015, le Forum de Bangui était assorti de recommandations comme pistes de sortie de crise en République centrafricaine. Parmi elles, la CVJRR figure en bonne place comme l’un des piliers de la justice transitionnelle. La commission a pour but de chercher la vérité sur les causes profondes des crises ; d’assurer la justice ; de tracer des voies et moyens pour réparer les dommages ; de conduire à une véritable réconciliation. Elle est prévue dans l’Accord politique pour la paix et la réconciliation en République centrafricaine (APPR-RCA), du 6 février 2019. La loi prévoit onze commissaires, dont au moins quatre femmes, afin qu’elle puisse mener à bien sa mission.

Depuis plus d’un an, ILA s’est lancée dans une campagne pour une « CVJRR paritaire ». Résultat : le 30 décembre 2020, le président de la République, Faustin-Archange Touadéra, a signé le décret entérinant la désignation des membres de la CVJRR. Elle sera composée de cinq femmes sur onze membres, au lieu des quatre prévues par la loi.

« ILA a organisé cette conférence de presse afin d’informer le public sur la campagne menée sur la participation effective de la femme dans la CVJRR. Elle a eu du succès. C’est une victoire, car la loi fixait à quatre le seuil de femmes commissaires. C’est un fier succès pour nous. L’effectif donne plus de force et de courage aux femmes pour travailler dans la commission », a affirmé Rosalie Kobo Beth, porte-parole du collectif.

Aujourd’hui, le souhait d’ILA est que les femmes puissent occuper des postes clés dans cette commission. « Certes, c’est une grande victoire pour le processus de paix, mais nous souhaitons une femme à la tête de la CVJRR  pour porter haut la voix des Centrafricaines », a ajouté la porte-parole.

Pour ILA, il est essentiel de poursuivre l’élan de cette campagne. Afin d’assurer une pleine participation des femmes dans les instances politiques du pays, évitant ainsi leur marginalisation.


© PCRC-CellCom – Grâce Ngbaléo

Publié par le PCRC