Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique - PCRC
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
Accueil Qui sommes-nous ? Nouvelles Emissions CIPP InovarCA Partenaires Contact
Imprimer Retour

  Nouvelle / Emission

01/01/2018 - Bangui, Saint Paul

Message du Cardinal Nzapalainga pour le Nouvel An: « Chaque homme a le pouvoir de se convertir ».


Le Cardinal Dieudonné Nzapalainga, Archevêque de Bangui et leader de la PCRC, nous a reçus chez lui pour exprimer les vœux qu'il adresse aux Centrafricains.

L'année 2017, a-t-il dit, marque le passage d'une grande insécurité à un début de paix. Selon lui, 2018 doit être le début de la conversion et de la réparation.

Le Cardinal Dieudonné Nzapalainga nous a reçus à sa résidence située à Saint Paul, à la sortie est de Bangui. Le Cardinal a commencé par demander aux Centrafricains d'avoir confiance entre eux pour être forts afin de développer la République centrafricaine : « Si les Centrafricains ne se font pas confiance, nous allons nous considérer toujours comme des ennemis. Et notre guerre sera éternelle et continuelle ». Il recommande aux Centrafricains, de faire des pas les uns vers les autres, en paroles et en gestes, afin de tendre la main vers celui que, hier encore, nous traitions comme ennemi, méchant, destructeur, celui qui a incendié des maisons ou celui qui a violé. « Seuls les héros arrivent à surmonter l'adversité pour proposer une autre alternative, c'est-à-dire le bien. Et nous, croyants, je nous invite à lire la lettre de Saint Paul Apôtre aux Romains chapitre 12 verset 21 : ‘Soyez vainqueur du mal par le bien'. C'est un appel pressant au fond de notre cœur pour dire que nous ne devons pas être esclaves de la haine ni de la vengeance ».

Le Cardinal Nzapalainga éprouve, par solidarité, de la tristesse et de la peine. Il souffre avec les victimes. Pour ne pas rester dans cet état, il demande aux Centrafricains d'avoir un peu d'humilité ; de dire à leurs frères : « mon frère, je t'ai fait du mal », et de commencer la réparation. « Je demande à tous ceux qui ont fait du mal, qui ont incendié, qui ont violé et qui ont tué, de regarder le tribunal de leur conscience. Que dit ton cœur et ta conscience ? Es-tu fier ? Es-tu heureux ? Si j'ai fait du mal, qu'est-ce que je peux faire pour le réparer ? Quand on veut parler de pardon, il faut aussi le reconnaitre ; il faut commencer à réparer ; ainsi, le pardon viendra pour couronner. Sinon, nous allons cultiver une attitude de victimes qui vont devenir des bourreaux et des bourreaux qui vont devenir des victimes ». La nouvelle année qui vient, c'est une année durant laquelle nous devons céder, a déclaré le Cardinal. « Pour le chrétien, céder veut dire que je dois mourir à certaines prérogatives, à certaines options et je dois maintenant accepter d'autres alternatives ».

Le Cardinal Dieudonné Nzapalainga fait confiance aux Centrafricains pour l'année 2018. Selon lui, chaque homme a le pouvoir de se convertir grâce à Dieu, en écoutant sa raison et la parole de Dieu. Chaque homme aussi a le pouvoir de se replier, de se recroqueviller en restant dans le mal. Mais, le mal nous paralyse, nous enchaine et nous détruit. « Je ne veux pas que nous puissions nous autodétruire, je veux que nous sortions de cette situation pour voir un avenir autrement. Pas seul, mais avec les autres ».

Il a conclu son message en déclarant l'année 2018, une année où l'on doit travailler avec son prochain comme partenaire pour le relèvement de la RCA. « La nouvelle année doit être une année de confiance, de respect, d'accueil de l'autre. Une année d'estime, une année où nous allons considérer l'autre comme un véritable partenaire avec qui je vais collaborer. La collaboration est le lieu où je vais apprendre à cultiver l'humilité, où je vais apprendre à reconnaitre mes limites, où je vais apprendre à bâtir la République centrafricaine avec tout le monde.»

©PCRC-CellCom ; interview et article par Gérard Merlend Ouambou Guela

Publié par le PCRC