Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique - PCRC
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
Accueil Qui sommes-nous ? Nouvelles Emissions CIPP InovarCA Partenaires Contact
Imprimer Retour

  Nouvelle / Emission

28/02/2020 - Bagandou

Les populations de Bagandou font la paix


Le jeudi 27 février 2020, à Bagandou les populations ont décidé de faire la paix. Un pari en apparence difficile au départ du fait de la haine qui persiste encore dans les cœurs des uns et des autres. Mais aujourd'hui, ce pari est réussi grâce au maire de la ville et ses conseillers.

Sous l'impulsion du maire de la ville de Bagandou, M. Ograce Mbiko, et de certains cadres de la ville, dont le député de la ville, les belligérants d'hier ont fumé le calumet de la paix. En présence des chefs traditionnels locaux et de l'ensemble des responsables des diverses communautés vivant dans cette commune, ils ont juré la main sur le cœur, sur la grande place publique de Bagandou, que la paix est définitivement revenue.

Cette cérémonie a réuni les populations des 50 villages de la commune. Y ont pris part aussi le député de Bagandou, le sous-préfet de Mbaïki, le curé de la paroisse de la ville, l'imam et un pasteur ainsi que des cadres et responsables ressortissants de la ville. Le maire a lancé un message de paix et d'union : « Chers parents, aujourd'hui encore, vous démontrez par votre présence massive en ce lieu que la ville de Bagandou a définitivement tourné le dos à la violence, à la discorde, à la haine et au rejet pour résolument cultiver le vivre ensemble, la paix et la cohésion sociale. En tant que fils de cette ville, notre plus grand souhait est celui de voir tous unis. »

Il a ensuite exprimé sa reconnaissance au député de la ville, M. Ghislain Makango, et aux cadres ressortissants de la commune qui n'ont ménagé aucun effort pour faire de cette cérémonie de réconciliation une réussite.

L'honorable Ghislain Magloire Makango, parrain de la cérémonie, a continué dans le même sens : « Parents de Bagandou, par l'acte fort que vous décidez de poser en ce jour en organisant cette grande cérémonie de pardon mutuel et de réconciliation, vous partagez avec nous, l'idéal de paix et de vivre ensemble, dont les axes essentiels sont le pardon, la fraternité et le rassemblement de tous les fils et de toutes les filles de la commune de Moboma, sans lesquels aucun développement durable n'est envisageable », a-t-il lancé. 

Il a appelé les uns et les autres à se détourner des préjugés et des rancœurs et à renforcer, chaque jour, la paix et l'entente. Avant de terminer, le parrain de la cérémonie, au nom de tous les cadres de la commune, a exprimé le vœu de voir dans les prochains jours le retour des musulmans qui étaient partis à cause des violences. « Ce sera le signe concret de votre réconciliation », a-t-il dit.

Le sous-préfet de Mbaïki, représentant le préfet de la Lobaye à cette cérémonie a conclu en appelant les uns et les autres à suivre le langage de la réconciliation prônée par le chef de l'État et les leaders religieux, en particulier ceux de la Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique (PCRC).

Pour la population, cette initiative est à encourager et à pérenniser. C'est ce que nous dit Paterne Chancelvie, un jeune instituteur de la ville : « Nous nous réjouissons de l'organisation de cette cérémonie qui vient à point nommé. À l'approche des élections, nous devons être unis et vigilants pour ne pas être des proies ni des marionnettes entre les mains de certains », a-t-il recommandé.

Ce bel exemple de la ville de Bagandou est à suivre par les autres préfectures, sous-préfectures et commune de la RCA.

© PCRC-CellCom

 

Publié par le PCRC