Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique - PCRC
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
Accueil Qui sommes-nous ? Nouvelles Emissions CIPP InovarCA Partenaires Contact
Imprimer Retour

  Nouvelle / Emission

11/04/2021 - Centrafrique

Le président Touadéra s'engage à combattre l'impunité pour l'intérêt des victimes


La Commission épiscopale justice et paix (CEJP) et le Collectif des associations des victimes se réjouissent de la déclaration du chef de l’Etat à l’occasion de son investiture, le 30 mars dernier. Le président Touadéra réaffirmait son engagement à continuer d’œuvrer pour une justice indépendante et équitable, en vue de soulager la souffrance des victimes et pour l’émergence d’une Centrafrique meilleure.

Les multiples crises militaro-politiques survenues en République centrafricaine ont laissé des traces indélébiles chez de nombreuses victimes. Aujourd’hui, les bourreaux circulent sans subir le poids de la justice pour des crimes qu’ils ont commis contre des personnes sans défense.

Le président de la République entend bien rompre avec l’impunité pendant son second mandat, afin de faire triompher la justice. « Je dois rappeler que le glas de l’impunité systématique des bourreaux du peuple centrafricain a sonné. Nous avons l’obligation de rendre justice à toutes les victimes des crimes perpétrés dans le cadre des conflits armés qui ont endeuillé notre pays. Soigner les souffrances de la guerre en luttant efficacement contre l’impunité, tout en prévenant de nouveaux cycles de violence, est indispensable au relèvement du pays », affirmé le Pr Faustin-Archange Touadera.

Cette déclaration a réjoui aussitôt la CEJP, organisation religieuse qui défend la cause des victimes. Selon Yvon Zelkene, conseiller juridique de ladite commission, c’est un pas important pour éviter que les victimes d’aujourd’hui deviennent des bourreaux demain.  « C’est une déclaration qui nous réjouit, car les victimes attendent beaucoup de la justice pour voir enfin leur peine soulagée. Le problème qui se posait, c’était la question de la sécurité. Mais pour l’heure, elle se rétablit progressivement, ce qui donnera l’opportunité au procureur de mener ses enquêtes. Car la question des preuves est sacrée en justice », a-t-il déclaré.

Dans son discours également, le chef de l’Etat a annoncé l’indemnisation des victimes : « Aussi, le Gouvernement s’emploiera à créer, avec l’appui de nos partenaires, un fonds d’indemnisation des victimes ».

Une nouvelle accueillie favorablement par le collectif des associations des victimes qui souhaite aussi travailler pour le relèvement du pays. La directrice exécutive, Francine Evodie Ndémadé, a témoigné : « C’est vraiment un soulagement pour les victimes. Ceci leur permettra de contribuer au retour définitif de la cohésion sociale et du vivre-ensemble tant souhaité en RCA ».

Comme le souligne un dicton, « la justice imprime la paix, tandis que la force provoque la résistance ». Il est grand temps que les bourreaux soient traduits en justice. C’est l’unique lot de consolation des victimes.

© PCRC-CellCom – Stève Martial Mbétissinga

Publié par le PCRC