Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique - PCRC
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
Accueil Qui sommes-nous ? Nouvelles Emissions CIPP InovarCA Partenaires Contact
Imprimer Retour

  Nouvelle / Emission

25/08/2020 - Kaga-Bandoro

Le leader du groupe armé MPC serait favorable au retour de la stabilité en Centrafrique


« Moi, Mahamat  Al Katim, je veux la paix ! » C’est ce qu’a déclaré le chef du groupe rebelle Mouvement patriotique centrafricain (MPC) à Kaga-Bandoro,  le 23 août 2020. Pour concrétiser cet engagement,  il a remis une liste de ses combattants à l’équipe du DDRR venue de Bangui, en mission de travail dans la localité.

La plupart des seize préfectures de la République centrafricaine sont touchées par les violences perpétrées par les groupes rebelles depuis presqu’une décennie. La ville de Kaga-Bandoro, située au centre du pays, n’est pas épargnée. Mais aujourd’hui, le leader du MPC dans, cette région, Mahamat Al Katim, prône la paix.

Participer activement au processus du désarmement, démobilisation, réinsertion et réintégration (DDRR) est la condition sans laquelle la paix ne sera effective,  surtout à l’intérieur du pays. Depuis la ville de Kaga-Bandoro, cette liste des éléments a été remise aux facilitateurs concernés pour démarrer ledit processus. En la réceptionnant, le coordonnateur du projet  DDRR, Samuel Touatena, a lancé un appel pour la prise de conscience à tous les groupes armés signataires de l’Accord de paix de Bangui, pour  emboîter le pas au MPC.

Selon Al Katim Mahamat, ses combattants  ont intérêt  à s’aligner  pour le désarmement en remettant leurs armes de guerre  et promouvoir le retour du vivre-ensemble et de la libre circulation dans la ville  Kaga-Bandoro  et ses environs. Pour sa part, le conseiller spécial à la présidence de la République, Anour  Algoni, a promis que la parole sera tenue.

Le leader de MPC a recommandé la réinsertion  de ses éléments dans les Unités mixtes de sécurité (UMS) et leur réintégration dans la vie active en exerçant  de petits  métiers  pour aboutir à un développement durable.       

© PCRC-CellCom

Publié par le PCRC