Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique - PCRC
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
Accueil Qui sommes-nous ? Nouvelles Emissions CIPP InovarCA Partenaires Contact
Imprimer Retour

  Nouvelle / Emission

03/03/2021 - Centrafrique

La MINUSCA implique les femmes communicatrices dans la lutte contre les abus


Le 2 mars 2021, les femmes communicatrices, conviées par la MINUSCA à travers l’équipe « conduite et discipline », ont échangé sur leur rôle dans la lutte contre les actes d’exploitation et d’abus sexuels,  mauvaises conduites commises par certains agents des Nations Unies. L’objectif : créer un partenariat de sensibilisation avec l’Association des femmes professionnelles de la communication (AFPC) en vue  d’éradiquer les mauvaises pratiques d’exploitation et d’abus sexuels commis par le personnel de la MINUSCA sur des populations vulnérables.

La MINUSCA, dans sa mission de maintien de la paix en Centrafrique, a constaté un mauvais comportement de certains personnels, qu’ils soient militaires, policiers ou civils. Ils profitent de leur position pour commettre des actes de violences sexuelles sur des populations vulnérables. Très préoccupée, l’organisation onusienne a mis en place une stratégie de communication, d’information et de sensibilisation sur toute l’étendue du territoire afin de parer à ce phénomène. L’objectif recherché est de pousser les personnes concernées à dénoncer ; la MINUSCA se chargeant d’enquêter sur les faits allégués, de sanctionner les coupables et de prendre en charge les victimes.

Selon un membre de la « section déontologie  et discipline », Rachel  Oganba-boma,  échanger et discuter avec les femmes communicatrices, établir ensemble un plan d’action est la condition indispensable pour que le public cible dénonce tout acte de violence sexuelle perpétré par un agent des Nations Unies. « Les agents de la MINUSCA sont formés en interne sur la prévention des actes d’exploitation et d’abus sexuels. Les points focaux, installés dans les villes de province, ont le devoir de faire parvenir aux responsables de l’organisation toutes les infractions liées à ce fléau », a-t-elle affirmé. Les femmes communicatrices vont servir de relais de sensibilisation à travers leurs productions quotidiennes : reportages, émissions et tables-rondes. La MINUSCA a mis en place des services d’assistance et de réparation médicale, psycho-sociale et juridique. Rachel Oganba-boma a précisé que cette collaboration n’est pas le fait du hasard. « Notre travail en commun portera des  fruits, car vous êtes des professionnelles de la communication et vous défendez de bonnes causes », a-t-elle ajouté.

Au terme de cette rencontre, les participantes ont formulé des recommandations axées sur l’appui technique de la MINUSCA (section déontologie et discipline),  afin de bien mener cette tâche. Cette campagne s’inscrit dans le cadre de la politique de tolérance zéro menée par la mission onusienne vis-à-vis des actes d’exploitation et abus sexuels.

© PCRC-CellCom – Claire Kokanzo

Publié par le PCRC