Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique - PCRC
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
Accueil Qui sommes-nous ? Nouvelles Emissions CIPP InovarCA Partenaires Contact
Imprimer Retour

  Nouvelle / Emission

04/02/2021 - Centrafrique

La Centrafrique à l'heure de l'autonomisation économique de la femme catholique


Du 11 au 15 janvier 2021, l’Union mondiale des organisations féminines catholiques au Gabon a organisé un atelier sur l’autonomisation économique des femmes, outils de développement local. La coordination des femmes catholiques de Bangui a été représentée par sa présidente, Clarisse Martiale Manéhou. Qui compte mettre à profit les acquis dudit atelier auprès de ses coreligionnaires.

Aujourd’hui, l’autonomisation socio-économique de la femme centrafricaine constitue un impératif pour le développement durable du pays. A cet effet, la coordination des femmes chrétiennes catholiques de Bangui, à travers sa présidente, compte se battre pour le relèvement économique de ses membres. A travers la restitution des connaissances reçues lors du récent atelier sur l’autonomisation économique des femmes, outils de développement local, qui a eu lieu au Gabon.   

Selon Clarisse Martiale Manéhou, coordonnatrice des femmes catholiques de Centrafrique, qui a pris part audit atelier, la femme chrétienne a un rôle important à jouer pour le développement de son pays et de son église. « La femme est un outil indispensable pour le développement. Elle doit acquérir certaines connaissances lui permettant de réaliser des microprojets. En Centrafrique, les femmes ne s’intéressent pas à la création de petits projets de développement, ce qui les rend dépendantes des hommes. Cet atelier est un  élément déclencheur d’une nouvelle vision qui permettra à la femme catholique de devenir autonome. »   

Les femmes catholiques doivent se réveiller et se mettre résolument au travail pour aider l’église à se développer, déclare Clarisse Martiale Manéhou. « Elles ne doivent  pas rester les bras croisés et attendre que l’église fasse quelque chose pour les soutenir. Elles doivent changer de mentalité. Dans d’autres pays africains, les femmes chrétiennes sont les responsables de leur propre entreprise ; pourquoi pas chez nous ? », S’est-elle interrogée.

La coordination des femmes chrétiennes catholiques compte vulgariser les acquis du dit atelier dans toutes les paroisses. Y compris dans les coordinations des femmes membres de la Plateforme des confessions religieuses de Centrafrique (PCRC).  

© PCRC-CellCom – Jean Pierre Nambaté Dounia

Publié par le PCRC