Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique - PCRC
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
Accueil Qui sommes-nous ? Nouvelles Emissions CIPP InovarCA Partenaires Contact
Imprimer Retour

  Nouvelle / Emission

29/07/2020 - Centrafrique

La CECA propose une concertation des forces vives de la nation pour la tenue d'élections apaisées.


À cinq mois des élections groupées en Centrafrique, la Conférence épiscopale de Centrafrique (CECA) dénonce des facteurs qui pourraient remettre en cause la tenue des échéances électorales dans les délais constitutionnels. Elle appelle à une concertation des forces vives de la nation pour se mettre d’accord autour de la question. 

Dans leur message de clôture de leur deuxième assemblée plénière de l’année, les évêques de Centrafrique appellent à une concertation de toutes les forces vives de la nation afin de dégager un consensus au sujet de l’organisation des élections dans les délais constitutionnels. Les prélats constatent que le pays continue d’être confronté à un sérieux problème d’insécurité qui suscite des incertitudes et des questionnements quant à la tenue des échéances qui s’approchent à grands pas.

« Il y a un réel problème de circulation des armes de tous calibres qui entrave la libre circulation des biens et des personnes. Le processus du DDRR aurait dû gagner en régime en vue de mettre fin à toutes les détentions illégales d’armes dans notre pays. Pour que la population centrafricaine vive en paix, le désarmement et la suppression des groupes armés devraient revêtir, en principe, un caractère prioritaire à tous les niveaux », a précisé le père Joseph Tangakoti, secrétaire général de la CECA.

Les soupçons de faux documents et de dysfonctionnements qui pèsent sur l’enrôlement des électeurs sur la liste électorale n’échappent pas au contrôle de la CECA. Celle-ci souhaite que l’Autorité nationale des élections (ANE) situe l’opinion sur ces allégations. Les évêques invitent les autorités du pays à suivre l’exemple de Moïse qui reconnaît, dans l’humilité, qu’il ne peut pas à lui seul, porter le poids du peuple. (Nombres 11, 14).

Mettre l’homme au cœur du projet

Dans la promotion d’une vision commune et du bien commun pour tout le peuple centrafricain, les évêques se demandent si on ne pourrait pas organiser assez rapidement une concertation des forces vives de la nation. Selon eux, « ce processus, encadré par la loi, favoriserait une participation citoyenne. »

Par cette interpellation, les évêques considèrent que la concertation des forces vives de la nation constitue un facteur nécessaire pour des élections crédibles et apaisées. « Elle permettrait de poursuivre le processus électoral, de reconstruire la confiance entre les parties prenantes, de tisser un lien fort de partenariat et de complémentarité entre tous. Nous devons construire ensemble notre pays en mettant l’homme au cœur du projet de développement durable », dit encore le message final de leur assemblée.    

© PCRC-CellCom

 

Publié par le PCRC