Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique - PCRC
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
Accueil Qui sommes-nous ? Nouvelles Emissions CIPP InovarCA Partenaires Contact
Imprimer Retour

  Nouvelle / Emission

01/08/2020 - Centrafrique

L'Union Européenne dote en moyens roulants les forces de sécurité intérieure pour le rétablissement de la sécurité


Pour soutenir le gouvernement centrafricain dans le processus de rétablissement de la sécurité et de la paix sur toute l'étendue du territoire national, l'Union Européenne (UE) continue à doter les Forces de Sécurité Intérieur (FSI) du pays en équipements adéquats, pour faciliter leurs activités de terrain.

Dès  l'accession à la magistrature suprême de l'Etat du président Faustin Archange Touadéra en 2016, un processus visant à rétablir la sécurité sur toute l'étendue du territoire national a été mis en place par le gouvernement : Il s'agit de déployer sur l'ensemble du territoire national les Forces de Sécurité Intérieur et celles de défense nationale. L'Union Européenne, l'un des principaux partenaires financiers de la République Centrafricaine est intéressé par cette initiative et a accepté de l'appuyer.

Depuis lors, l'UE ne ménage aucun effort pour venir en aide aux Forces de Sécurité Intérieur (FSI) centrafricaines. C'est dans cet ordre d'idée que le 22 juillet dernier, trente et neuf (39) motocyclettes ont été remises aux autorités publiques centrafricaines, représentées par le ministre de la sécurité publique le général Ouanzé Linguissara. « Nous sommes sans ignorer que le défi sécuritaire auquel fait face aujourd'hui la République Centrafricaine est immense. Cet appui de l'Union Européenne va contribuer au redéploiement de nos FSI sur l'ensemble du territoire national, en vue d'assurer la sécurité du peuple centrafricain », a conclu Henri Ouanze Linguissara, ministre de l'intérieur et de la sécurité publique.

Pour Jean Coste Dao, Chargé de mission à l'Union Européenne en Centrafrique, les policiers ; les gendarmes ; les douaniers et les agents de sécurité des eaux et forêts, sont appelés à faire asseoir l'autorité de l'Etat dans tout le pays. « C'est pourquoi en Mai 2019, nous avons débuté une série de formation des FSI en technique de contrôle de barrières, pour empêcher les flux d'armes qui entrent et qui sortent du territoire national centrafricain. Mais aussi pour arrêter les suspects », a-t-il conclu.

Il convient de souligner qu'en cette période de crise que traverse la République Centrafrique, les FSI sont confrontées à deux principaux défis : D'abord leur effectif ne permet pas de couvrir l'ensemble du territoire national. C'est pourquoi le processus de recrutement continue d'être perpétré dans tout le pays et ensuite, il se pose un réel problème d'outils de travail pour leur métier. En plus de l'embargo sur les armes, les FSI n'ont pas assez de moyens roulants pour exercer au moment opportun.

C'est dans cette optique que l'Union Européenne ne cesse de les équiper en moyens roulants (véhicules 4/4 ; moto ; ambulance…) comme s'en est le cas le 22 juillet passé.

PCRC_Cellcom_Fridolin Mamocko

Publié par le PCRC