Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique - PCRC
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
Accueil Qui sommes-nous ? Nouvelles Emissions CIPP InovarCA Partenaires Contact
Imprimer Retour

  Nouvelle / Emission

12/08/2020 - Bangui

Journée de prière et de pardon : des Banguissois font le point


Les leaders de la Plateforme des confessions religieuses de Centrafrique (PCRC), en commun accord avec les autorités politiques du pays, ont consacré le 8 août 2020 à une « Journée de prière et de pardon ». C'est la seconde fois que la PCRC organise et anime une journée nationale de prière depuis l'apparition de la pandémie du coronavirus en Centrafrique mi-mars dernier. Sur toute l'étendue du territoire, les croyants et l'ensemble de la population étaient invités de prier Dieu afin qu'il nous préserve de ce fléau. Et aussi de lui demander pardon pour le non-respect des mesures barrières édictées par le gouvernement. Deux Centrafricains vivant dans la capitale et dans les environs donnent leurs avis : comment ils ont vécu ladite journée et quelles ont été leurs impressions ?

 Silvère Kpassa-Ba-Nona vit au quartier Gbanikola I dans la commune de Bimbo. Il est chargé des services généraux à l'Alliance française de Bangui (AFB) aujourd'hui fermée au public pour cause de la maladie à coronavirus. C'est aussi un entrepreneur culturel (musique et arts plastiques) dont les expositions annuelles attiraient, avant la pandémie, des amateurs en majorité expatriés. Il témoigne : « J'ai consacré la journée du 8 août 2020 à la prière. Je suis un catholique pratiquant. J'ai médité les paroles bibliques en suivant les interventions des leaders religieux sur les radios Notre-Dame et Lengo songo. Aussi ai-je pu sensibiliser ma famille à prendre conscience de cette pandémie. Je les ai invités à porter un masque s'ils ne peuvent éviter les lieux publics. Je me suis procuré un dispositif de lavage de mains pour les miens et mes voisins.»

En tant que responsable associatif, il ajoute : «En fin de journée, en ma qualité de chef d'une association culturelle, j'ai accompagné la fédération des plasticiens centrafricains dans leur projet de réalisation de fresques murales dans des lieux publics, afin de sensibiliser la population au respect des gestes barrières. »

Qu'en est-il de ses impressions ? « La majorité de la population vit dans le déni ; elle ne reconnaît pas l'existence de la Covid-19 dans le monde et en Centrafrique. J'observe que les efforts fournis par les leaders religieux dans la riposte contre la pandémie n'ont pas encore fourni des résultats tangibles. Il faudrait trouver d'autres moyens de communication et de sensibilisation afin que nos vieilles habitudes changent. Pour que des maladies pareilles au coronavirus ne bouleversent pas, à l'avenir, le bon fonctionnement de notre société », a précisé Silvère Kpassa-Ba-Nona. 

Ephrem Yalike, master I en droit public et relations internationales à l'Université de Bangui, preste comme rédacteur dans un quotidien de la presse écrite privée de la capitale. Il réside au quartier Galabadja 3 (8e arrondissement). «Cette journée de prière reste gravée dans ma mémoire. J'ai demandé la grâce divine pour la République centrafricaine y compris ma famille. J'ai aussi consacré du temps à parcourir les différentes stations radio de la place », affirme ce membre de la JEC (Jeunesse estudiantine chrétienne), ancien pensionnaire du Petit Séminaire de Bossangoa et du Moyen Séminaire Saint-Paul de Bangui (2012-2015).

Il conclut en ces termes : « Ce fut une particularité par rapport aux jours précédents. Un voisin de quartier m'affirmé qu'au-delà de la maladie à coronavirus, il a imploré Dieu pour la sécurité du territoire vu que les groupes armés ont refusé d'observer la trêve humanitaire demandée par le Secrétaire général de l'ONU. J'ai la ferme conviction que le cri du cœur des Centrafricains lancé le 8 août dernier a trouvé grâce aux yeux du Père céleste. Que les leaders de la PCRC soient vivement remerciés de leur heureuse initiative ! »

© PCRC-CellCom

Publié par le PCRC