Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique - PCRC
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
Accueil Qui sommes-nous ? Nouvelles Emissions CIPP InovarCA Partenaires Contact
Imprimer Retour

  Nouvelle / Emission

30/11/2020 - Centrafrique

Dieudonné cardinal Nzapalaïnga appelle les acteurs du processus électoral à l'apaisement


A quelques semaines des élections groupées en République centrafricaine, le cardinal Dieudonné Nzapalainga appelle au calme pour un scrutin apaisé. L'homme de Dieu venait de rencontrer, à tour de rôle, l'ancien président François Bozizé Yangouvonda, et le chef de l'Etat, Pr Faustin-Archange Touadera.

La République centrafricaine organisera, le 27 décembre prochain, les élections générales. Ces derniers temps, des agitations se font jour parmi les partisans des partis et associations politiques à travers des messages et des discours parfois haineux. Capables d'impacter négativement le processus électoral en cours. Dans cette optique, les leaders religieux sensibilisent les Centrafricains pour éviter que le pays ne replonge dans le chaos.

A en croire le cardinal Dieudonné Nzapalainga, un des leaders de la Plateforme des confessions religieuses de Centrafrique (PCRC), la Centrafrique a beaucoup souffert ; il est temps que les esprits se calment. « Nous avons demandé à ce qu'il y ait un dialogue à l'approche des élections du 27 décembre prochain. Et nous, en tant que leaders religieux, nous souhaiterions que les esprits s'apaisent et qu'il y ait un calme dans le cœur des uns et des autres, pour que nous puissions véhiculer des messages de transformation des cœurs. Nous sommes désolés de voir les gens s'agiter de part et d'autre. Cela ne nous réjouit pas. Et en tant que leader religieux, j'en appelle à une prise de conscience pour arrêter ces messages de haine et regarder ce pays qui a beaucoup souffert et qui souffre. Le relèvement ne se fera pas sans la paix », a-t-il déclaré.  

Il a poursuivi en disant que les populations ont besoin d'être conscientisées pour pouvoir voter librement. Il a demandé à ceux qui détiennent encore des armes de les déposer pour que les candidats puissent sillonner tout le pays.

Cet appel du cardinal intervient après sa rencontre, à tour de rôle, avec le président de la République, Faustin-Archange Touadera, et l'ancien chef de l'Etat François Bozizé, deux leaders de partis politiques (le MCU et le KNK) dont les sympathisants se renvoient des accusations réciproques.

© PCRC-CellCom – Marly Pala

Publié par le PCRC