Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique - PCRC
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
Accueil Qui sommes-nous ? Nouvelles Emissions CIPP InovarCA Partenaires Contact
Imprimer Retour

  Nouvelle / Emission

02/05/2017 - Bangui

Construire la paix, c'est construire le pays


Construire la paix, c'est construire le pays. C'est le thème de la journée du Vivre ensemble retenu par les habitants du quartier Lakouanga dans le 2e arrondissement de Bangui. La journée a été célébrée le samedi 29 avril 2017 par toutes les personnes éprises de paix, sur le terrain de football derrière le dispensaire du quartier. Il s'agit de rendre visibles les activités du vivre ensemble dans cet arrondissement.

Initialement prévue pour le 24 avril 2017, c'est le samedi 29 avril que les habitants du quartier Lakouanga dans le 2è arrondissement de Bangui, ont célébré leur journée dite « Journée du vivre ensemble ». Le report est dû à l'intempérie. Selon les organisateurs, cette journée du 24 avril marque la destruction de la mosquée de Lakouanga. Cette journée est choisie pour sensibiliser à la reconstruction et au vivre ensemble.

Cheikh Goumballa, Président du Comité de la Reconstruction de la Mosquée de Lakouanga et organisateur de cette activité se réjouit de la tenue de la journée. Selon lui, la cohésion sociale est très importante dans la vie d'un homme et elle participe à l'évolution de tous. « La cohésion sociale est très  importante pour la sécurité, la paix et l'évolution de toute la communauté ».

L'Imam Salleh Ndiaye, de la mosquée de Lakouanga, apprécie à sa juste valeur le niveau du vivre ensemble dans les quartiers du 2e arrondissement en général et en particulier dans le quartier Lakouanga. Selon lui, cette relation a été très ancienne parce qu'il y a toujours eu cette cohésion sociale entre la population de Lakouanga en général sans distinction de race, de religion ou bien de parti politique. « Ils ont toujours vécu en cohésion et bonne symbiose. Donc cette relation est restée. C'est pourquoi le 2e arrondissement a été toujours ce quartier où il n'y a pas eu d'agression contre les musulmans ou les non musulmans ».

Pour Alain Diab, opérateur économique et participant à cette journée, le fait de voir les femmes voilées et non voilées ensemble lui fait chaud au cœur. Celui-ci témoigne que le quartier Lakouanga a été toujours le quartier de la paix et de la conciliation. Malheureusement le quartier a aussi subi les conséquences des événements que le pays a connu. Il félicite le retour de la paix dans le quartier.  « Maintenant on voit que les choses s'améliorent. On voit qu'avec la construction de la mosquée, ça va être un lieu de prière, un lieu de pardon, un lieu où les gens vont se retrouver pour faire passer un message important que la Centrafrique c'est le pays de tout le monde quelque soit la religion, quelques soient les ethnies, tout ce qui nous intéresse c'est le vivre ensemble ». A la fin de l'activité, les participants ont visité les travaux de reconstruction de la mosquée pour se rendre compte de leur état d'avancement. Yvette Bonni, Présidente du Réseau des Femmes de la Police de la Minusca en est  impressionnée. Celle-ci avoue que c'est une bonne initiative de reconstruire la mosquée de Lakouanga qui, selon elle, est une preuve palpable que le vivre ensemble est entrain d'être une réalité en République Centrafricaine. « Pour pouvoir faire des choses, il faut pouvoir d'abord vivre ensemble, rester ensemble pour pouvoir faire des choses ensemble».

Suite aux événements malheureux qu'a connu la République Centrafricaine et conduisant à la destruction de la mosquée de Lakouanga, un comité de gestion composée des deux communautés a été mise en place. Pour renforcer cette dynamique de réconciliation et du vivre ensemble, les deux confessions se rencontrent et s'assistent lors des célébrations des fêtes religieuses de part et d'autre.

Publié par le PCRC