Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique - PCRC
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
Accueil Qui sommes-nous ? Nouvelles Emissions CIPP InovarCA Partenaires Contact
Imprimer Retour

  Nouvelle / Emission

18/12/2020 - Centrafrique

Centrafrique : Les femmes se mobilisent pour la paix en période électorale


Le 16 décembre 2020, les femmes des huit arrondissements de Bangui ont une nouvelle fois marché pour réclamer des acteurs du processus électoral et les groupes armés la quiétude en cette période électorale. Cette marche s'est achevée par la remise du mémorandum au Service de la protection civile de la MINUSCA.

Depuis quelques jours, la République centrafricaine vit au rythme des rumeurs faisant état de la création d'une nouvelle coalition des groupes armés dont l'objectif est de perturber les opérations électorales en cours. Les femmes des huit arrondissements de Bangui, conscientes des conséquences d'une telle coalition, réclament de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilité en Centrafrique (MINUSCA) des conditions idoines pour la sécurité et la protection des personnes et des biens. 

Blanche Bitigalagna, présidente de l'Organisation des femmes du 4e arrondissement, présente à cette marche, en a expliqué la motivation : « Nous avons organisé cette manifestation pacifique pour dénoncer les manœuvres dilatoires visant à déstabiliser le pays. Nous avons beaucoup souffert à cause des conflits militaro-politiques. Nous ne voulons plus de la guerre ; mais la paix et rien que la paix ! »

Asnath Moussa, habitant le 3e arrondissement de Bangui, a dénoncé : « Nous sommes victimes de toutes sortes de violences. Nous appelons les groupes armés à déposer la hache de guerre afin de devenir des artisans de la paix. Nous devons consolider les acquis de la paix et de la cohésion sociale déjà retrouvées. Nous sommes contre cette nouvelle rébellion en gestation dans le pays. » 

A travers cette marche pacifique, les femmes de Bangui voulaient dire non à la création d'une rébellion qui, selon elles, constitue une source des troubles socio-politiques. Elle est  intervenue après celle organisée le 10 décembre dernier pour demander l'organisation d'une élection démocratique, libre et transparente.

© PCRC-CellCom – Vivien de Capistran Nvale

Publié par le PCRC