Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique - PCRC
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse

  Nouvelle


09/07/2022 - Yapele(Bangui)

Bangui: Fête de la Tabaski sous le signe de la cohésion sociale

 

Ce samedi 09/07/22 la communauté musulmane de Centrafrique a célébré  la fête de la Tabaski avec la participation des chrétiens protestants et catholiques.

La Tabaski, appelé aussi Îd al-Adhâ, fête du sacrifice ou Îd al-kabîr (grande fête)  est la fête la plus importante de l'Islam après Aid El Fitr (la fête qui célèbre la  fin du ramadan.

Cette appellation Tabaski de Îd al-Adhâ concerne uniquement les pays d'Afrique de l'Ouest et d'Afrique Centrale à majorité musulmane ou possédant une communauté musulmane significative. Dans le reste du monde, cette fête est connue généralement sous son nom arabe de Aid Al Adh.

Elle est célébrée le 10 dhû al-hijja, 12ième mois du calendrier hégirien, qui est aussi le point culminant du pèlerinage à La Mecque. Pour ceux qui n'accomplissent pas le pèlerinage, cette fête est marquée par une prière suivie par le sacrifice d'un animal ; pour ceux qui se trouvent à La Mecque, le sacrifice constitue le rite final du pèlerinage.

Le Prophète a institué cette fête la deuxième année de l'Hégire à Médine.

Origine

Cette fête commémore le sacrifice par Abraham d'un bélier, dont Dieu a décidé qu'il compensait le sacrifice qu'Abraham projetait de son fils comme le rappellent les versets 102 à 107 de la sourate (XXXVII).

Tabaski,  plus qu'un simple événement religieux est l'occasion pour se rencontrer avec la famille et les proches, elle est aussi synonyme de partage et de générosité envers les pauvres et les nécessiteux.

Dans cette dynamique, elle est surtout, pour le Conseil Supérieur Islamique de centrafrique (CISCA), membre fondanteur de la Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique (PCRC),  une fête qui réunit non seulement les musulmans  mais aussi les autres confesions religieuses en signe de  fraternité, de cohésion sociale. C'est un temoignage de la cohabitation pacifique et du vivire ensemble entre les confessions religieuses.

La commémoration de cette fête a retenu principalement deux mosquées: Celle du quatier Yapélé situé dans le 2ème arrondissement et celle du quartier Ouango.

A la monquée  Alfarouq de Yapélé, on notait la precence de nombreux les chrétiens catholiques. Les chrétiens protestants, comme les cathomiques, étaient à la mosquée de Ouango. De part et d'autres, les chrétiens protestants et catholiques ont participé à la prière de ce jour avec leurs frères  musumans.

A yapélé, la prière a été dirigée par l'imam Ali Mouistapha et la prédicadtion a été assurée par l'imam Lawan Mbaïki Mamadou. Le prédicateur de ce jour  rappelé l'origine et sens de cette fête avant de le situer dans le contexte de la cohésion sociale et du vivre ensemble entre les ccommunautés musulmans et chrétiennes. Il a ensuite invité tous les  musulmans a faire de cette fête une fête du partage, de la charite, de la générosite et de l'aasistance aux pauvres et aux necessiteux comme le préconise le livre sacré du Coran. Il a terminé cette prédication en invoquant la grâce de Dieu, Tout-Puissant et Miséricordieux sur tous. Qu'il accorde à tous  et à chacu, ce dont il a besoin et à notre pays la RCA la Paix qui vient de Lui

Après cette prière, des  lots  viande de boeuf et de mouton ont été distribués à tous ceux et celles qui ont pris part à cette célébration.

Ce partage a continué dans les quartiers environnants afin de répondre vraiment à la signication de cette fête.

© CellCom- Abbé Gaston Adjora

 

 

 

#2e arrondissement  #CISCA  #Cohésion sociale  #Id al-Adhâ  #Vivre-Ensemble