Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique - PCRC
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
Accueil Qui sommes-nous ? Nouvelles Emissions CIPP InovarCA Partenaires
Imprimer

  Nouvelle

14/11/2016 - Kaga Bandoro

Synthèse de la mission de la PCRC à Kaga Bandoro


Au terme de cette mission, Monseigneur Dieudonné Nzapalainga signifie que l’intervention de la PCRC est salutaire et positive. « Ce que nous pouvons retenir, c’est que les communautés, certes, étaient divisées. Il y’avait la méfiance. Il y’avait la distance. Avec notre venue, avec les partenaires de part et d’autre, nous avons créé des plateformes, d’abord la plateforme des confessions religieuses. Nous avons jeté les ponts pour permettre à ce que les communautés puissent se parler ». La méthodologie utilisée par les leaders religieux durant leur mission pour mener à bien leur travail, était de rencontrer chaque communauté séparément, les autorités entre elles, enfin les humanitaires. «Dans un premier temps, nous avons donné la chance à chaque communauté avec toute confiance de dialoguer, de vider leur sacs. Nous avons eu aussi à rencontrer les autorités de cette ville. Elles ont un regard à poser, une analyse à faire et à réaliser concernant les événements de Kaga Bandoro. Nous avons aussi rencontré les humanitaires qui sont aussi des partenaires, parce que ce qui se passe ici, les humanitaires apportent un concours déterminant, pour ne pas dire que les humanitaires aident beaucoup le gouvernement centrafricain, donc il était important de les rencontrer. Nous avons permis à ce que les leaders venus de plusieurs communautés se retrouvent autour d’une table. Aujourd’hui les langues se sont déliées et nous avons lavé notre linge sale en famille ; ça c’est aussi un aspect très important, et les  gens ont parlé en toute confiance ». L’Archevêque de Bangui a relevé qu’au cours des échanges, la communauté musulmane accusée d’être de connivence avec les éléments du contingent Pakistanais de la MINUSCA, a expliqué que ce n’est pas le cas car ils ne parlent pas la même langue. « …si les gens ne s’étaient pas assis pour partager les informations, le préjugé, l’imaginaire, penseraient que ces gens parlent arabe compris par les gens de Kaga Bandoro. Maintenant l’équivoque est levée, on peut maintenant entrer en contact avec nos frères pour dialoguer et chercher des voix et moyens pour sortir de la crise ». Selon le prélat, la paix ne peut revenir à Kaga Bandoro que grâce à la contribution de ses habitants. « Maintenant nous sommes venus provoquer, pour ne pas dire, ouvrir une brèche pour semer le désir de la paix dans les cœurs, dans les esprits des uns et des autres. Il revient aux gens de Kaga BAndoro, personne ne fera à leur place, de se retrouver après pour dire, que pouvons nous faire, que voulons nous de Kaga Bandoro ? En commençant par les autorités politiques, civiles, militaires, groupes armés, en arrivant aux responsables religieux, tous nous avons à relever le défi ». Il a par ailleurs mis en garde cette population de ne pas exclure quelqu’un du processus de dialogue que les leaders de la PCRC viennent de déclencher. « Qu’on ne laisse pas quelqu’un au bord de la route, qu’on n’exclut pas, qu’on associe les uns et les autres, avec leurs idées parfois farfelues, mais pour apporter leurs contributions. Ce que nous voulons, c’est la paix. La paix à Kaga Bandoro pour permettre à ce que la cohésion revienne et que les gens s’apprécient, se respectent, collaborent et travaillent ensemble». En outre, Monseigneur Dieudonné Nzapalainga déplore le fait que les gens ne peuvent pas vaquer librement à leurs occupations dans la ville à cause de la crise. « D’ici quelques mois que vont manger ces personnes ? Ils vont être dépendants, mendiant., Vivre seulement des produits PAM ? Non ! Kaga Bandoro est une ville riche, les gens savent cultiver, élever, aller à la chasse et élever. Donnons la chance à nos frères et sœurs pour travailler et de vivre de leurs mains ». Selon ce dernier, cette concertation est une porte ouverte pour que chacun apporte sa contribution à la question de paix et vivre ensemble à Kaga Bandoro. «Je crois que la concertation que nous avons faite aujourd’hui, montre que c’est une porte ouverte pour que les gens entrent et apportent leur contribution, afin qu’on trouve des solutions ». Pour couronner toutes les rencontres arrangées par les leaders de la PCRC, plus de 600 personnes de toutes les couches sociales confondues se sont mobilisées dans un grand meeting devant la Cathédrale de Kaga Bandoro où des messages de paix et vivre ensemble ont été annoncés. Les intervenants, notamment le représentant des Pasteurs protestants, celui des Imams et l’Archevêque de Bangui, ont profité de cette occasion qui réuni les uns aux côtés des autres, pour leur demander de s’unir, de ne pas céder à la vengeance, aux rumeurs…

A la fin de cette mission, l’équipe préfectorale de la Plateforme des Confessions Religieuses de Kaga Bandoro a été mise en place. Elle aura pour mission de créer un espace de dialogue entre les communautés afin de prévenir d’éventuels conflits.



 
com.pcrcrca@gmail.com  |  Tél. : +236 75 05 47 67 / +236 72 25 26 38 / +236 77 08 27 68##FOOTER##