Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique - PCRC
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
Accueil Qui sommes-nous ? Nouvelles Emissions CIPP InovarCA Partenaires
Imprimer

  Nouvelle

16/08/2016 - Boda

Mission des leaders religieux de la PCRC à Boda et Nola - Mgr Nzapalainga dresse le bilan de la première journée


Monseigneur Dieudonné Nzapalainga se réjouit de cette mission qui, pour lui, permet aux leaders religieux de toucher du doigt les réalités que vivent les Centrafricains Selon lui, « Lors de rencontre avec nos différentes communautés, nous avons constaté que certaines personnes continuent d’alimenter les rumeurs pour leurs propres intérêts ». Une déclaration faite au soir de la première journée de travail dans la ville de Boda le 02 août 2016. Toujours selon l’Archevêque de Bangui, des rumeurs circulent jusqu’à Bangui selon lesquelles la ville de Boda est divisée en deux par une ligne rouge, les musulmans d’un côté et les chrétiens de l’autre. Mais ce qu’ils ont constaté est tout à fait différent. «Quel a été notre étonnement, de constater à 7 Km de Boda, des musulmans et chrétiens travaillant ensemble dans le projet ‘Londo’. Ce qui montre que c’est le début de la cohésion sociale dans cette localité ». Outre ce constat fait à l’entrée de la ville de Boda, les Leaders Religieux ont rencontré chacun, les membres de leur communauté respective. « L’Imam Oumar Kobine layama, Président de la Communauté Islamique de Centrafrique (CICA) a rencontré les Imams et d’autres musulmans. Le pasteur a rencontré les pasteurs et d’autres protestants. J’ai rencontré aussi les prêtres, les sœurs et les responsables des mouvements, tout cela pour qu’on puisse se mettre en confiance, se dire les quatre vérités entre nous et rappeler les démarches de l’évangile qui consistent à révéler le Dieu d’Amour que Jésus est venu présenter à l’humanité entière car il est le sauveur du monde ». Pendant ces rencontres confessionnelles, les leaders religieux de Centrafrique ont constaté les blessures que portent les uns et les autres suite aux événements douloureux, dramatiques qui ont laissé des cicatrices et des traces : « il faudrait la prière, il faudrait des conseils, il va falloir se rapprocher pour procéder à la thérapie afin que la guérison puisse s’opérer. Guérison corporelle, spirituelle, sociologique et anthropologique, plusieurs manières de guérir la plaie baignante que nous avons vue ici ». A la suite des rencontres confessionnelles, les leaders religieux de Centrafrique ont eu une séance de travail le 03 août 2016 avec les autorités locales, politiques, les forces de défense et de sécurité ainsi que des représentants de la Minusca (Mission multidimensionnelle des Nations Unies en Centrafrique) de Boda. «Nous avons rencontré le représentant du sous-préfet, le maire, le commandant de la brigade de la gendarmerie, la police, pour les écouter et comprendre le sens de la crise dans cette localité ». Des efforts ont été faits par certains hommes porteurs d’armes pour le retour de la paix et la cohésion sociale dans la localité de Boda. «Nous avons appris que certains hommes en arme ont tout laissé, maintenant ne font que sensibiliser et faire des préventions de conflit. Nous avons apprécié, encouragé et avons soutenu cette démarche. La meilleure arme reste toujours la sensibilisation et l’éducation ». Les leaders religieux encouragent le désarmement des cœurs et des têtes de la population de Boda. « Si dans la tête, dans le cœur des uns et des autres nous avons décidé de tourner une page, on peut venir et nous pouvons être en mesure de refuser parce que nous avons fait notre choix. Un choix libre et conscient qui nous engage ». Certains habitants de Boda qui ont tout perdu pendant cette crise, par amour de leur patrie, ont décidé de s’impliquer, de s’engager d’aller à la rencontre de leurs frères pour enterrer la hache de guerre. Monseigneur Nzapalainga exhorte la population de Boda en général et les chrétiens en particulier à devenir les artisans de paix : « Pour nous les chrétiens, Dieu nous a donné la paix en Jésus Christ, maintenant à chacun d’être artisan de paix pour communiquer par sa parole, par son témoignage de la paix, chaque jour à ses frères et sœurs ». Le prélat se réjouit des activités de cohésion sociale réalisées par les leaders religieux locaux de Boda, les autorités locales et politiques « C’est le moment de jeter des bouquets de fleurs à tous ces responsables, des Ongs qui sont venues, les responsables civils qui sont là, chacun a apporté sa contribution. Ce n’est pas un travail d’une seule personne, c’est un travail de beaucoup de personnes ». Toutefois, certains défis restent à surmonter selon l’Archevêque : « …défis pour faire tomber les mûrs, les lignes rouges, défis de permettre aux enfants d’aller à l’école, former une patrie ». Monseigneur Dieudonné Nzapalinga encourage les autorités locales à favoriser la reprise des écoles pour tous. « Nous prions, nous espérons, nous demandons et nous encourageons à ce que tous les enfants aillent dans la même école, ils sont tous les petits-fils de Boganda ». Le prélat espère l’implication des leaders religieux de Boda pour le retour de la paix et le vivre ensemble à Boda. « Notre vœu, notre prière est que la population de Boda puisse retrouver la sérénité, la cohésion et la communion, afin que demain Boda puisse avoir un autre visage, celui d’un développement pour le bonheur des fils de Boda ».
Un grand meeting organisé par les leaders religieux a rassemblé toutes les communautés et toutes les couches sociales de Boda devant la Mairie de la ville. Malgré la pluie de cet après-midi là, l’affluence de la population a été forte, une preuve que les Centrafricains peuvent « revivre » ensemble aujourd’hui.
La mission a été composée de Monseigneur Dieudonné Nzapalainga, Archevêque de Bangui et Président de la Conférence Episcopale de Centrafrique (CECA), de l’Imam Oumar Kobine Layama, Président de la Communauté Islamique Centrafricaine (CICA) et du Pasteur Ferdinand Grézokoy-Yémbilinè, Président du Synode de Bangui, représentant le Révérend Pasteur Nicolas Guèrèkoyamè-Gbangou, Président de l’Alliance des Evangéliques en Centrafrique (AEC).
Après Boda, la délégation a poursuivi sa mission à Nola dans la Sangha Mbaéré et à Berbérati dans la Mambéré Kadéi pour les mêmes activités.


 
com.pcrcrca@gmail.com  |  Tél. : +236 75 05 47 67 / +236 72 25 26 38 / +236 77 08 27 68##FOOTER##