Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique - PCRC
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
Accueil Qui sommes-nous ? Nouvelles Emissions CIPP InovarCA Partenaires
Imprimer

  Nouvelle

08/11/2016 - Bangui

Les leaders religieux marquent leur détermination d aller vers une radio de la PCRC


Monseigneur Dieudonné Nzapalinga, un des leaders de la PCRC se dit satisfait de l'organisation de cet atelier et rappelle que la parole fait partie de la tradition africaine et particulièrement centrafricaine: « On dit souvent que nous sommes un peuple de tradition orale. Dans nos cultures, si on voit beaucoup de gens se rassembler autour du chef, sous l'arbre à palabres, c'est qu'il tranche une affaire entre deux personnes, une famille ou une communauté ». Selon lui, la parole a une importance capitale en Afrique. Quand l'aîné ou le chef a parlé, on écoute, on obéit. « … ce sont des valeurs que nos ancêtres, nos grands-parents connaissaient et ont tenu comme soubassement afin de permettre à notre société d'avancer». Dieudonné Nzapalinga pense que la crise a été une opportunité pour les leaders religieux centrafricains d'entreprendre des actions communes. « La crise nous a unis. Nous nous sommes dits, il faut nous lever pour défendre des vies humaines. Et c'était ça le premier combat, refuser qu'on nous divise, rester ensemble parce que le patrimoine culturel, le patrimoine religieux de ce pays ne nous a pas légués la division ni la séparation ». Selon lui, la radio est un moyen d'aider à véhiculer le message de la PCRC. « La radio, c'est un moyen pour aider à véhiculer le message que nous portons. Nous voulons défendre la vie, nous avons des valeurs, nous nous retrouvons ensemble. L'unité est une réalité, la tolérance c'est incontournable et la paix nous voulons la partager par ce billet ». L'Archevêque de Bangui poursuit qu'en Centrafrique, même si les gens n'ont rien à manger, ils ont leur poste radio « … ils apprennent par cœur certaine chose sans savoir lire et écrire (ils connaissent par cœur certain chant) parce qu'ils ont pris tout le temps à la radio. La radio est importante ». Quand à l'Imam Omar Kobine Layama, l'autre leaders de la PCRC également présent à cet atelier, une radio nationale pour la PCRC est indispensable pour véhiculer des messages et sans elle, les actions de la PCRC dans le cadre de la paix, la cohésion sociale et le vivre ensemble dans République Centrafricaine seront limitées. « Vous savez, quand nous faisons des tournées dans l'arrière-pays, nos compatriotes à qui nous nous adressons, très souvent, nous demandent de revenir. Est-ce que nous allons avoir tout le temps de repasser, de faire des tournées dans l'arrière pays ? Ce sera difficile. Pour nous c'est un outil indispensable pour pouvoir nous adresser constamment de jour comme de nuit à nos compatriotes qui veulent écouter nos voix ». Il conclut que grâce à cette radio de la PCRC, la culture centrafricaine perdue sera ressuscitée. « Je pense bien que sur le plan culturel, nous avons beaucoup de choses à développer. Nous avons perdu notre culture, la culture que nous avaient léguée nos grands parents, il faut les revivre ».

Du 3 au 6 novembre 2016, la Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique (PCRC) a organisé un atelier de réflexion sur le projet communication de cette structure. Les sujets abordés ont porté sur la ligne éditoriale, les contenus des émissions et la création de la radio ; Une trentaine de participants dont les leaders de la PCRC, les membres du Conseil d'Administration, les membres de l'équipe de la communication, les représentants des partenaires de la PCRC et de certains médias, les représentants de la plateforme des femmes et celle des jeunes. Les travaux ont été facilités par madame Eugénie R. AW-NDIAYE venue du Sénégal et monsieur Michel PHILIPPART, conseiller technique du CAMECO. C'est MISSIO qui a financé les travaux



 
com.pcrcrca@gmail.com  |  Tél. : +236 75 05 47 67 / +236 72 25 26 38 / +236 77 08 27 68##FOOTER##