Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique - PCRC
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
Accueil Qui sommes-nous ? Nouvelles Emissions CIPP InovarCA Partenaires
Imprimer

  Nouvelle

23/08/2016 - Nola

La PCRC de la Sangha Mbaéré contribue à la restitution pacifique des biens des déplacés et des réfugiés


Nola, chef-lieu de la préfecture de la Sangha Mbaéré, située au Sud–Ouest de la République Centrafricaine, n'avait pas connu la crise secouant le pays comme les autres préfectures. La communauté musulmane avait quitté la préfecture tout juste pour se protéger des prédateurs venus des autres préfectures avoisinantes. Oumarou Sanda, 2e  Vice-président de la Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique (PCRC) de la Sangha Mbaéré, explique comment vivait les deux communautés avant la crise : « Il n'y avait pas de distinction entre musulmans et chrétiens dans la préfecture de Sangha Mbaéré. C'est quand la crise a commencé que les communautés ont commencé à se méfier entre elles ». Celi--ci témoigne l'aide de la communauté non musulmane pendant cette période. « Quand bien même certains membres de notre communauté ont trouvé refuge au Cameroun, la communauté non musulmane nous a protégés,  nous qui sommes restés, du mal que voulaient nous faire les jeunes venus des autres préfectures et nous amenait des vivres, des médicaments et beaucoup d'autres choses,». Pour Oumarou Sanda, ce ne sont pas les jeunes de la Sangha Mbaéré qui les ont inquiétés. « Nous sommes inquiétés par les gens venus des autres préfectures or, les chrétiens de Nola proprement dit nous avaient protégés contre les autres ». Dire que les biens des musulmans sont confisqués par les jeunes de la Sangha Mbaéré, Oumarou Sanda n'est pas d'accord : « …à ma connaissance, non, au contraire, les maisons et les biens que les non musulmans occupent, leur ont été confiés par les musulmans pour les sécuriser ». Il précise que depuis la mise en place de la PCRC de la Sangha Mbaéré, des actions sont menées pour contribuer à la restitution des biens des déplacés d'une manière pacifique. « Depuis le retour de certains de nos frères réfugiés, au niveau de la PCRC nous avons travaillé pour qu'il n'y ait pas de résistance à la restitution de leurs biens et jusque-là, tout se passe comme convenu ».

Au départ de certains musulmans, des jeunes de Nola ont occupé leurs maisons et boutiques. Mais cette occupation fait l'objet de plusieurs interprétations. Certaines disent que les jeunes ne veulent pas libérer les boutiques et les maisons à leurs propriétaires, d'autres disent que les jeunes attendent que les propriétaires les indemnisent avant qu'ils ne libèrent les lieux, les autres pensent que les propriétaires veulent reprendre leurs biens de force, c'est ce qui continuent d'alimenter la tension entre eux et les jeunes occupants. Bref ! La PCRC locale est à pied d'œuvre et travaille sur cette restitution. Les résultats sont déjà positifs et palpables, résultats approuvés par les membres des deux communautés. Une situation qui a permis aux leaders d'encourager les membres de la PCRC locale d'aller toujours de l'avant.


 
com.pcrcrca@gmail.com  |  Tél. : +236 75 05 47 67 / +236 72 25 26 38 / +236 77 08 27 68##FOOTER##