Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique - PCRC
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
Accueil Qui sommes-nous ? Nouvelles Emissions CIPP InovarCA Partenaires
Imprimer

  Nouvelle

30/11/2016 - Bangui

La Communaute du 6e arrondissement de Bangui appelee au dialogue sur la cartographie humaine et la laicite.


Dieudonné Saturnin Ngoniwo, chargé de programme de la Plateforme de la Société Civile Centrafricaine explique ce que c’est que la cartographie humaine. « La cartographie humaine, la culture n’a pas de frontière c'est-à-dire être humain n’a pas de frontière. Exemple du groupe sanguin ; aujourd’hui si je me trouve à l’étranger et que je tombe malade, pour me perfuser, on n’a pas besoin de venir dans mon pays pour chercher du sang. Le sang qui me sera infusé proviendra du pays où je me trouve ». Ce dernier explique le choix des arrondissements qui ont abrité la formation. « Nous avons vécu tous ces événements, c’est pourquoi nous avons choisi le 6e arrondissement qui a accueilli beaucoup de déplacés internes et le 5e arrondissement qui est un arrondissement qui est touché par le déplacement de sa population. C’est dans l’esprit de changer son comportement vis-à-vis de l’autre. C’est d’être ensemble à côté de celui qui m’a offensé et de l’accepter comme tel ». Pour Marie Ange Kangando, suppléante du député du 6e arrondissement de la ville de Bangui, se dit satisfaite de la tenue de cette importante formation dans son arrondissement. Selon elle, « la cartographie humaine n’est pas connue par tous les centrafricains, c’est ce qui fait que les gens se font la de guerre dans notre pays ». Elle propose de sensibiliser à son tour ses sœurs sur ces thématiques car la formation a un lien avec la cohésion sociale. «  La cohésion sociale nous permet d’être ensemble et d’accepter l’autre dans sa différence ».

Quant à Issa Ibaka, muezzin de la mosquée de Pétevo, il se réjouit de la formation. Il témoigne que depuis qu’il est dans le quartier, il n’a jamais été discriminé quand bien qu’il soit musulman. Il s’engage à continuer d’accepter les autres tels qu’ils sont.

Cette formation a débuté depuis le lundi 28 novembre 2016 dans le 5e arrondissement de Bangui. Les organisateurs entendent la poursuivre dans les 16 préfectures de la République Centrafricaine. Elle est organisée par la Plateforme de la Société Civile de Centrafrique qui a vu le jour il y’a 4 ans. La formation est appuyée par Search For Common Ground, partenaire de la Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique.



 
com.pcrcrca@gmail.com  |  Tél. : +236 75 05 47 67 / +236 72 25 26 38 / +236 77 08 27 68##FOOTER##