Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique - PCRC
Pour la Paix et la Cohésion Sociale par une approche interreligieuse
Accueil Qui sommes-nous ? Nouvelles Emissions CIPP InovarCA Partenaires
Imprimer

  Nouvelle

24/08/2016 - Nola

"La division des confessions religieuses est instrumentalisée ou imposée", déclare Jerry Abel DJADE, préfet de la Sangha Mbaéré


Le Préfet de la Sangha Mbaéré, Jerry Abel DJADE, interpelle la population et l'invite à saisir l'occasion offerte par la Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique (PCRC) pour revivre ensemble. Ce cri du cœur a été lancé le 5 août 2016 au sortir d'une rencontre à huis clos entre les leaders de la PCRC en mission dans la ville et les autorités locales, administratives et préfectorales, une réunion qui s'est tenue dans la salle de CDV (Centre de Dépistage Volontaire) de Nola.

Jerry Abel DJADE déclare que la division des confessions religieuses en Centrafrique est un phénomène d'instrumentalisation ou d'imposition de l'extérieur avec la complicité des centrafricains. « Quand un étranger vient vous donner un couteau et vous demande de poignarder votre frère. En acceptant de le faire, vous prenez sur vous de lourdes responsabilités. Ce n'est pas cet étranger qui vous a intimidé l'ordre ou instrumentalisé qui sera le premier responsable ». Jerry Abel DJADE rappelle le rôle que les autorités doivent jouer après la crise. « Nous, autorités, notre rôle après cette crise, c'est de conscientiser les uns et les autres, pour qu'on fasse la paix, pour que l'amour s'installe entre les centrafricains sans discrimination de race, de confession et d'origine ». Il rappelle la menace de partition du pays si les Centrafricains ne ramènent pas la paix en leur sein. « Aujourd'hui, une bonne partie de musulmans de Centrafrique se trouve dans le Nord du pays et l'autre partie qui est restée dans le Sud du pays, est à majorité chrétienne.  Voilà les risques que nous sommes en train de courir. Parce que si nous centrafricains, aujourd'hui si nous ne nous apaisons pas, nous n'acceptons pas d'aller à la réconciliation et que nous continuons de nous entredéchirer, un jour les Nations Unies sont capables de nous imposer la partition du pays ». Celui-ci souhaite qu'on arrête de nous entretuer. «…il faut qu'on arrête, sinon un jour nous allons le regretter ». Le préfet de la Sangha Mbaéré se dit  confiant aux activités de la Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique qui consistent à ramener la paix, le vivre ensemble et la cohésion sociale dans le pays. « Ils ont sillonné le monde entier portant la parole de la paix aux nations nanties, aux Nations Unies et aux nations qui avaient la possibilité d'arrêter ce vent violent qui a soufflé sur notre pays. Ils ont réussi à le faire. Maintenant, il faut passer à l'autre étape consistant à sillonner la République Centrafricaine, pour passer le message de la paix à tous les centrafricains, pour que nous fassions l'effort de nous dépasser et de pouvoir nous unir les uns et les autres ». Jerry Abel DJADE, avoue que la présence des leaders religieux de Centrafrique dans la localité de Nola leur a permis de déceler certaines failles dans le cadre de leurs responsabilités. « Il y a des mécontentements qui continuent de couver de part et d'autre, il y a des insatisfactions qui continuent de courir de part et d'autre, il y a des désinformations qu'on continuent d'entretenir de part et d'autre. Avec la présence des leaders religieux de Centrafrique dans la ville de Nola, nous avons réussi à écouter ce qui ne tourne pas rond dans la communauté musulmane, nous avons réussi à mettre le doigt sur les satisfactions de la communauté chrétienne, et aujourd'hui, nous avons de la matière première pour faire un travail conséquent ».

A l'exemple de Boda, les Leaders religieux notamment Monseigneur Dieudonnné Nzapalainga, Archevêque de Bangui et président de la Conférence Episcopale de Centrafrique (CECA), Imam Oumar Kobine Layama, président de la Communauté Islamique de Centrafrique (CICA) et Pasteur Ferdinand Grezokoy Yémbilinè, président du Synode de Bangui, représentant le Révérend Pasteur Nicolas Guerekoyame-Gbangou, président de l'Alliance des Evangéliques en Centrafrique (AEC), ont organisé cette rencontre particulière avec les autorités locales, administratives et préfectorales pour faire le tour des réalités vécues dans la région. Il est également question d'analyser les choses en profondeur, l'origine du mal, comment juguler ce mal, et les quelques écueils qui restent encore sur le terrain et qu'est-ce qu'il faut convenir pour que la cohésion sociale devienne réalité.


 
com.pcrcrca@gmail.com  |  Tél. : +236 75 05 47 67 / +236 72 25 26 38 / +236 77 08 27 68##FOOTER##